Vérité pour Tous
Bienvenue, Visiteur
Accueil » 2013 » Décembre » 8 » Jeter de l'huile sur le feu du racisme !
16:09
Jeter de l'huile sur le feu du racisme !


En manque d'arguments et dépassé par les évènements, le système s'adonne régulièrement à une attaque à l'encontre du Front National, et de tous les réels opposants patriotes en général : « Vous jetez de l'huile sur le feu du racisme ! ». C'est avec ce procès d'intention que l'inconsistant François Kalfon a d'emblée agresser Marion Maréchal-Le Pen dans un face-à-face sur LCI, alors que l'on évoquait une prétendue montée du racisme en France. A défaut de pouvoir répondre sur le fond à cette question, d'en comprendre les causes, et ainsi de changer réellement les choses, on diabolise encore et toujours son adversaire, la vielle recette des sorciers UMPS...

Mais qui détient les manettes dans ce pays ?!

Car enfin, c'est bien le PS et l'UMP qui sont au pouvoir. Et le pouvoir sert à changer la réalité... S'il y a une montée du racisme, c'est donc bien les gouvernements de l'UMP et du PS qui se sont succédés depuis des dizaines d'années qui en sont responsables. Donner au Front National, une quelconque responsabilité dans le racisme à l'échelle nationale, c'est lui donner bien trop de pouvoir ! Cette flatterie révèle sûrement la peur de l'UMPS de voir arriver le FN bientôt au pouvoir ! Cette vision déformée des responsabilités, est d'autant plus grave que le FN fut longtemps privé de temps de parole médiatique, même si cela s'améliore un tout petit peu, et plus grave encore, privé de représentation à l'assemblée nationale ! A quel moment donc le Front National aurait-il pu avoir une influence maléfique qui aurait consisté à manipuler les foules avec des discours « racistes » et « plein de haine » !

Refus de prendre ses responsabilités

Il s'agit en réalité d'un refus total d'assumer ses responsabilités de la part de l'UMPS. En effet, il est une réalité cruelle : de la même manière que les gens qui sont au pouvoir sont responsables du moral des ménages, de la confiance en l'avenir chez les jeunes, les salariés, les entrepreneurs ou les investisseurs, du sentiment d'insécurité, etc., les gens qui sont au pouvoir sont responsables de la montée du racisme. Car tous ces indicateurs que nous pourrions qualifier de « psychologiques » sont la conséquence de faits dans la société : hausse du chômage, baisse du pouvoir d'achat, faibles salaires, immigration massive, agressions multiples par des bandes ethniques, discours et déclarations politiques des partis au pouvoir omniprésents dans les médias.

Et il est particulièrement grave et inquiétant de voir que les partis politiques en place n'acceptent pas leurs responsabilités dans la situation économique et sociale actuelle. Si les gens de l'UMPS refusent d'assumer leurs responsabilités, disons-le tout net : qu'ils changent de métier, ce métier n'est pas fait pour eux ! Qu'ils quittent leurs postes et leurs fonctions, et tous les gras avantages qu'ils procurent ! La situation dramatique de la France exige des gens qui redressent la tête, qui prennent sérieusement leurs responsabilités avec honneur et courage, qui ne se défilent pas, et qui ne se victimisent pas ! Car c'est en substance le discours ahurissant de l'UMPS : s'il y a du racisme, ce n'est pas de notre faute, nous qui avons les plein pouvoirs, c'est de la faute du « méchant » Front National ! Cette victimisation est inacceptable, et doit cesser, à tous les niveaux de la société d'ailleurs.

Les Français ne sont pas un peuple raciste, et ils l'ont largement démontré ces dernières dizaines d'années en prenant beaucoup sur eux et en acceptant de bien trop nombreuses humiliations de leur identité. Non seulement les Français n'ont pas été racistes, mais ils ont été soumis, reniant leur propre personnalité. Et s'il persiste malgré tout du racisme aujourd'hui, ou si celui-ci est en augmentation, les causes en sont claires :

Les causes concrètes du racisme

- Une immigration de plus en plus massive, qui fait perdre aux Français dans certains quartier leur identité, leurs coutumes, leur culture, leur mode de vie, en un mot : leur civilisation. On a beau ne pas être raciste, lorsque l'on en vient à devoir abandonner sa propre identité, ses propres mœurs, ce n'est pas du racisme que de le contester, c'est de la simple survie !

- Une politique d'immigration si massive et si absurde qu'elle en a parqué les immigrés dans des ghettos invivables, littéralement exclus du reste de la population. Ces ghettos au service du patronat offrent une véritable source de main d’œuvre peu chère et corvéable à merci, regroupée dans des blocs de bétons, véritables usines à vivre et cages à lapins. Là encore le sentiment d'être dévalorisé et perçu comme inférieur ne peut qu'être exacerbé chez les immigrés. La gauche qui se prétend humaniste plus que tout le monde est toujours incapable de comprendre cela, prouvant ainsi en réalité son incapacité à se mettre à la place d'un immigré parqué dans ces ghettos, et donc son absence totale de considération pour ces personnes. Il faut noter qu'elle affirmait également il fut un temps « Il faut bien que certains fassent les travaux que les Français ne veulent plus faire ». La gauche qui voulait culpabiliser les Français paresseux pour leur faire avaler la pilule de l'immigration massive, dévalorisait du même coup les immigrés stigmatisés comme des sous-fifres bons à balayer les rues ou ramasser les poubelles. Ou alors la fameuse incantation désespérée « L'immigration est une bonne nouvelle pour la France, elle rapporte de l'argent à la France », comme l'a encore déclaré Jamel Debbouze récemment. Dans cette affirmation, la vision de l'immigré réduit à un agent de production et de consommation. Qu'ils nous rapportent de l'argent ces bons esclaves de l'économie !

La gauche n'hésite pas à recourir à la pulsion combattive des foules pour refourguer son amour de l'immigration, lorsqu'Aurélie Filipetti par exemple vantait l'importance de l'immigration : « ce sont des générations et des générations d'immigrés qui ont fait la richesse de ce pays, et quand il fallait se battre pendant les guerres, c'est encore les immigrés et les étrangers qui étaient là pour se battre aux côtés des Français » ! Doit-on percevoir l'immigré comme de la chair à canon indispensable dont la France a besoin ? Que les immigrés s'étant battus pour la France soient honorés comme tous les autres Français, c'est un devoir moral. Mais qu'ils soient perçus comme nécessaires pour les ambitions guerrières de la gauche, n'est pas acceptable. Faut-il des immigrés pour faire les guerres que les Français ne veulent plus faire ?! Voilà une question à laquelle la Ministre de la Culture devrait répondre clairement

- Une immigration massive qui créé de fait une insécurité alarmante. Les bandes de « jeunes », nommées ainsi pour cacher la réalité, en sont évidemment la cause principale. L'escalade de cette insécurité et son caractère ultra-violent parfois, ne peut que créer une réaction de rejet de la part des population autochtones. Lorsque ces « jeunes » sont en outre protégés par la police à qui le gouvernement a donné l'ordre de ne pas les arrêter, alors que la police s'en prend par ailleurs sans vergogne aux manifestants contre le Mariage pour tous ou aux Bonnets Rouges, il est bien évident que le sentiment d'une injustice folle se créé chez les Français, entraînant alors un sentiment de rejet - l'UMPS appellera cela du racisme pour créer la peur et la psychose, mais ce rejet est en réalité beaucoup plus subtil et complexe que le simple racisme. Et ce rejet n'est pas créé de toute pièce par les Français. Il est bien évidemment la compensation d'un racisme initial, véritable celui. Ce véritable racisme initial provenant du pouvoir, qui consiste à voir les jeunes comme des demeurés sauvages et incurables, tellement incurables qu'il ne sert à rien de leur mettre une bonne correction et de leur apprendre fermement le respect, comme n'importe quel Français de souche le ferait avec ses enfants. Et qu'il faut donc simplement laisser faire ces jeunes sauvages incurables pour ne pas les énerver plus... Ce racisme inconscient est surtout présent chez la gauche — qui le projette sur les autres —, et vient directement du triste héritage du gauchiste Luc Ferry et de son droit et son devoir à coloniser les « races inférieures », c'est-à-dire incapables. Une version plus présentable de ce racisme est ce paternalisme de la gauche envers les populations immigrés, ou bien cette prétention qu'elle a de vouloir sauver les Africains, leur apportant sur un plateau doré, ou par la force c'est selon, notre modèle de civilisation considéré comme supérieur. Comme si les Africains n'étaient pas des êtres capables, exactement comme nous, de construire de leurs mains leur propre civilisation, celle qui leur ressemble, en un mot de s'autodéterminer. Ce n'est pas François Hollande qui a placé son mandat sous l'égide de Jules Ferry qui y changera quelque chose ! Ce racisme inconscient, insidieux et permanent doit cesser. Les immigrés doivent être regardés comme des personnes avec autant de capacités, de responsabilités, de droits et de devoirs que les autres ! Ni plus, ni moins !

- Une dévalorisation permanente de la France et des Français, décris globalement comme des ringards bons à rien et racistes ! La prétendue culpabilité de la France dans la collaboration et dans la déportation des Juifs en est un exemple. Soit l'on choisit de voir la France comme alors peuplée de nombreux héros qui ont donné de leur vie pour résister et sauver le maximum de Juifs de la déportation. Soit l'on choisit de voir la France comme un pays alors peuplé de racistes, prenant plaisir à dénoncer les Juifs et à les envoyer à la déportation... L'UMPS a choisit le second choix, c'est son droit, mais ce choix démontre sa propre vision négative du monde, et ne fait que faire perdurer le racisme. Qu'elle ne se plaigne pas alors de sa montée...

La colonisation est un second exemple du même acabit. La France est un pays qui a certes colonisé d'autres peuples, mais sans colonisation de peuplement, comme le fut la colonisation des Indiens d'Amérique, dont on peut dire que la civilisation a été écrasée. Les Indiens d'Amérique n'existent quasiment plus aujourd'hui en Amérique... La France fut ensuite le premier pays à avoir mis fin à l'esclavage. Voir les choses de manière positive, et donc désamorcer le racisme pour l'UMPS, consisterait donc à certes constater et accepter les erreurs de la France, mais surtout à voir en elle sa capacité à sortir par le haut de ses erreurs ! Et à inscrire la colonisation et l'esclavage dans la longue litanie hélas des tragiques erreurs humaines, comme toutes les guerres, les explosions de bombes atomiques, les génocides, etc. Et à expliquer ainsi non pas que les Français étaient plus racistes que les autres — théorie raciste qui fait encore perdurer le racisme ! —, mais qu'ils étaient humains comme les autres.

Au contraire, l'UMPS prend un malin plaisir à culpabiliser les Français sur ce sujet : non seulement les Français d'aujourd'hui qui n'y sont pour rien ne peuvent que ressentir de l'injustice, mais les immigrés issus des peuples colonisés ne peuvent que se projeter en victimes ! Cette dualité victime/bourreau est parfaitement illustrée par les textes de certains rappeurs, qui voient en la France... une pute ! Un des spécialistes de cette dualité animale, Olivier Besancenot, créait au printemps 2005 avec le rappeur Joey Starr, un collectif nommé « Devoirs de mémoires », contre une France « Coupable d’ignorer son colonial et esclavagiste ». La notion de culpabilité était ainsi explicitement revendiquée. Une France tellement coupable, que Besancenot récidivait avec le rappeur Monsieur R. dans sa vision névrosée d'un monde de haine : « La France est une garce, n’oublie pas de la baiser jusqu’à l’épuiser, comme une salope faut la traiter…». On notera au passage la vision de la femme qui transparait ainsi clairement chez ces grands donneurs de leçon !

- Une hiérarchie des races de victimes, expression d'un véritable racisme sournois qui ne dit pas son nom. L'UMPS n'a eu de cesse de victimiser les uns et de culpabiliser les autres : ce traitement a donné aux premiers le sentiment d'impunité et d'exigeance intraitable, et aux seconds le sentiment d'injustice et d'être lésés. La France crève de cette hiérarchie permanente des races de victimes, des souffrances, des horreurs. Cette véritable compétition victimaire entre les communautés est un facteur de division gravissime, monté de toute pièce par le discours politique et la manipulation médiatique de masse. Cette véritable maladie mentale a été mise en place par l'UMPS, elle et elle seule. Il s'agit en réalité d'une totale stratégie de domination : diviser pour régner. C'est aussi pour l'UMPS le moyen de jouer en permanence au grand humaniste de service, volant toujours au secours des prétendues victimes : « J'ai un coeur plus gros que le tien » résume parfaitement l'arrogant discours de l'UMPS à l'égard du Front National. Discours à l'opposé du véritable amour, qui est humble, et qui n'établit pas de hiérarchie.

Surexposition et sur-interprétation de faits insignifiants


- Pour mieux enflammer le racisme, l'UMPS donne constamment une importance délirante à des petits fait racistes insignifiants. Comme le relevait Marion Maréchal-Le Pen dans ce face à face avec François Kalfon du PS, l'histoire de cette petite fille de 10 ans qui tend une banane à Christiane Taubira n'avait aucune valeur ni importance. Elle soulignait que Jamel Debbouze avait d'ailleurs dédramatisé cela en conseillant simplement d'indiquer à la petite fille qu'on ne parle pas comme ça à des adultes. M. Kalfon n'a pu qu'être d'accord à propos de cette anecdote, étant donné que c'est une caution donnée par un Maghrébin ! Mais il n'a pourtant pas remis en cause sa théorie générale fumeuse, qui consiste à voir un racisme dramatique partout ! M. Kalfon comprend les choses différemment selon la race ou le parti politique de la personne qui lui parle...

Parlons aussi de l'humour douteux de l'ancienne candidate Front National Mme Leclerc, comparant Taubira à un singe. Si ça peut faire plaisir à l'UMPS, ce type de comparaison sera donc réservé aux Blancs... Le Front National a donc renvoyé immédiatement la candidate maladroite qui déclarait simplement dans sa vidéo — coupée malhonnêtement par l'Express  qui a dû trouver la justification de Mme Leclerc convaincante ! — souligner la sauvagerie d'une ministre, pour le moins autoritaire et brutale lorsqu'elle impose ses lois contre l'avis du peuple. Dans une société équilibrée et apaisée, tout le monde aurait été ravi de prendre acte des explications fournies par la candidate qui précisait qu'il n'y avait aucun racisme dans cette comparaison. Et il eut été sage de lâcher prise avec le besoin maladif de voir de la haine absolument, et de passer à autre chose. Mais l'UMPS a tenu à y voir de la haine raciale et s'est emparé de l'affaire pour en effet « jeter de l'huile sur le feu » ! On eut même droit à une grande soirée contre le racisme avec la ministre de la Justice en invitée d'honneur ! Comme si Madame Taubira était une pauvre victime ! Elle qui a gravit tous les échelons du pouvoir avec toute la hargne et la volonté que cela nécessite dans ce milieu impitoyable, fait de clans, de coups-bas et de coups de poignard ! Voir une ministre de la Justice se poser en victime, victime d'une petite fille de 10 ans, et victime d'un parti politique sans aucun pouvoir, c'est affligeant, et cela en dit long sur la capacité de cette personne à assumer pleinement ses responsabilités.

L'UMPS a ainsi volontairement entretenu et développé le racisme

Tous ces shows médiatiques mis en scène par l'UMPS pour faire de faits racistes anecdotiques un véritable drame nationale qui menace le pays et la république, ont été innombrables depuis des dizaines d'années. Voilà une vraie cause concrète — loin des procès d'intention — qui a entretenu la psychose raciste. A l'inverse, les faits de racisme anti-blancs sont eux généralement soigneusement cachés sous le tapis. La volonté de créer le malentendu, le deux-poids deux-mesures entre les races, c'est-à-dire la hiérarchie entre les races de victimes, et donc le racisme, est ainsi manifeste chez les antiracistes. Il faut enfin mettre sur un pied d'égalite l'autochtone et l'immigré. L'immigré aussi a des devoirs et des responsabilités. Il n'est pas une victime perpétuelle !

Bref, tous ces discours et déclarations politiques appuyés par des médias aux ordres ont créé consciemment un climat totalement artificiel de ressentiment et de défi entre les communautés. Un cercle vicieux victime/bourreau, qui ne fait que perpétuer les conflits d'hier, encore et toujours... Même les dirigeants politiques au pouvoir se victimisent ! Disons-le clairement : soit la société française est capable de sortir du cercle vicieux de la victimisation revendicative mise en place par l'UMPS, soit elle ira droit à la catastrophe : la guerre civile !

L'UMPS se nourrit du racisme — il est une stratégie politique

Il faut donc le réaliser : les antiracistes modernes se nourrissent et vivent du racisme. Sans méchant, sans haine, sans racisme, l'antiracisme n'a pas de vision constructive et positive de la société. Sans méchant Front National, l'UMPS n'a pas d'idée, n'a pas de vision, n'a pas de programme politique, bref n'existe pas. Le Front Républicain hystérique de l'entre-deux tours de la Présidentielle 2002, et les suivants, l'ont parfaitement démontré. Incapable de construire positivement un projet d'avenir, l'UMPS en est réduite pour se faire réélire à la prochaine élection, à délivrer le message suivant aux électeurs : « nous sommes les gentils, et eux sont les méchants ». Message simplifié au maximum, comme dans ces films américains pour masses, où le gentil tue les méchants ! Autrement dit, même si nous sommes nuls et incapables d'apporter des solutions, vous n'avez pas le choix de voter pour nous car l'autre est méchant ! Il faut sauvegarder la paix nationale et éviter à tout prix la barbarie, les camps de concentration et les exécutions en masse ! Cette vision binaire, ce degré zéro de la réflexion politique, est une stratégie qui parie sur le cerveau reptilien des masses, et se fonde sur la peur. C'est pourquoi le moindre fait divers raciste est exploité et interprété de manière hystérique afin d'alimenter cette peur.

Lorsque le racisme n'existe pas... l'UMPS le créé de toute pièce !

Mais l'UMPS va plus loin. Lorsqu'elle n'a pas de racisme à se mettre sous la dent, elle le créé elle-même de toute pièce ! On pensera à la longue litanie des fausses agressions antisémites, notamment la fausse agression antisémite du RER D. On pensera aussi au coup monté de Carpentras, lors duquel on avait accusé Jean-Marie Le Pen d'avoir dans une émission politique attisé le feu de la haine ayant motivé les profanateurs... Profanateurs qui avaient en réalité — l'enquête s'en ait rendu compte plus tard —, agit la veille de l'émission ! On pensera également à toutes ces fausses agressions racistes contre des personnes de couleur. La dernière en date connue étant celle d'une étudiante de l'UNEF, qui avait prétendu que son agresseur d'extrême droite lui avait dit : « On va te violer, sale Arabe. On sait où t’habites, sale gauchiste ». Ils en ont de l'imagination, les « antiracistes » !

Il est clair et limpide que l'UMPS se nourrit de la haine, et que lorsqu'il n'y en a pas, l'UMPS la créé elle-même !

La pauvreté favorise les réactions excessives
 
Il ne faut pas oublier d'ajouter à tout cela le contexte économique désastreux. Car il est bien évident que des populations pauvres sont plus facilement portée vers des réactions excessives désespérées comme le racisme, qui peut alors être perçu comme un défouloir à leurs problèmes. Sur ce point, les partis UMPS portent une très lourde responsabilité. Et il ne tient qu'à eux de solutionner ces problèmes gravissimes, plutôt que de se défausser sur une parti sans pouvoir comme le Front National.

Ce qu'il faut faire, concrètement

Ainsi, lorsque l'on veut sincèrement stopper le racisme, qui n'est en fait qu'un révélateur, il faut dés maintenant :

- Accepter, prendre et assumer ses responsabilités lorsque l'on est au pouvoir. Il ne sert à rien de se défausser sur des partis ou des organisations qui n'ont pas le pouvoir. Cette condition élémentaire n'a l'air de rien, mais n'est pourtant même pas remplie par les hommes politiques actuellement au pouvoir.

- Stopper l'immigration massive, qui par son caractère extrême, met en conflit au quotidien les populations autochtones et immigrées. L'identité française ne doit pas être menacée, et les Français d'origine immigrée ne pas être trop nombreux pour pouvoir l'intégrer avec le temps.

- Cesser la politique de ghettoïsation qui créé des poches de culture étrangère qui morcèlent le territoire, rendant impossible toute véritable intégration. Un immigré qui arrive en France doit pouvoir rapidement se loger comme tous les autres Français, parmi les autres Français.

- Revaloriser la France, sa culture et son histoire, reconstruire un roman national positif - sans nier les aspects négatifs.

- Mettre l'accent sur ce qui rassemble les différentes communautés, plutôt que de traquer sans arrêt le moindre petit fait raciste, et lui donner une ampleur et une dangerosité délirantes. Ceci nécessite un véritable travail de lâcher prise avec ce besoin de racisme pour exister. Ceci sera sûrement très difficile pour certains, mais cela est absolument nécessaire et indispensable. Il faut cesser de voir systématiquement de la haine chez les autres, et apprendre au contraire à voir la sincérité et la bienveillance chez l'autre, même s'il trompe. Il faut également mettre en valeur les points communs qui rassemblent, et les possibilités de réconciliation entre les différentes communautés.

- Relancer l'économie pour donner un travail réellement digne à tous les Français, quels qu'ils soient.

La France se situe à un tournant, et les hommes politique ne peuvent plus maintenant se permettre de continuer à jouer leur comédie dramatique et à se lamenter. S'ils se sentent impuissants à résoudre les graves problèmes qui touchent le peuple français, qu'ils soit de souche ou d'origine immigrée, ils doivent avoir l'honnêteté de quitter leurs fonctions, et laisser la place à d'autres, moins pleurnichards, plus motivés, plus responsables, et plus capables !
Visualisations: 271 | Ajouté par: veritepourtous | Note: 0.0/0
Nombre total de commentaires: 0
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent ajouter des commentaires
[ Inscription | Connexion ]